< Retour Peinture
< Retour Editions

 

 

 

 

Il est des peintures qu'on écoute comme on écoute le silence.
Le même vernis transparent les préserve de la hâte, de l'inattention.
Couches invisibles, portées muettes qui, à longs intervalles, se changent
en sons, en couleurs.

Nous entrons dans la montagne; la forêt s'écarte; la mer surgit, se retire.
Naturel du pays, l'espace nous accompagne, présent et lointain. Bientôt
nous serons seuls sur le chemin, mais le regret aura disparu qui, l'instant
précédent, nous faissait encore nous retourner. Acceptée, notre présence,
car libérée du surcroît de pesanteur dont le temps nous humilie. Affermie,
notre marche vers l'égalité de l'âme.

Sans jouer, un poète chinois se contentait de poser la main sur son luth.
Alain Boullet nous conduit au seuil silencieux de ses payssages porteurs
de musiques à venir.


                                                                                       Alain Lambert - 2001